Hugues Reiner

E

n fait, je viens d’apprendre votre mort. Vous êtes la seule personne politique digne de ce mot au monde. Vous incarnez l’élégance française, digne c’est a dire utile, critique chaleureuse, érudite en même temps et vos analyses m’ont profondément fait évoluer. J’aimerais beaucoup contribuer avec vos amis à faire connaître vos livres et surtout commencer le boulot que vous m’aviez demandé de faire. Je vous avais écrit au journal « Le Monde » pour vous rencontrer, quelque part dans le monde, mais hasard incroyable, nous habitions le même immeuble rue des archives à Paris.

Maintenant je pleure votre disparition, mais j’ai envie de travailler dans votre sens.

Hugues Reiner
Chef d’orchestre – Chef de coeur – Pianiste