Guerre et société planétaire

EspacesTempsL

a fin de la guerre froide aurait dû donner le signal de changements fondamentaux dans la manière dont les États abordent les problèmes de sécurité. II n’en a, pour l’essentiel, rien été. Les conflits récents montrent que le décalage est profond entre les problèmes et les solutions qui leur sont apportées. Cette distorsion résulte d’une vision archaïque, naïve et linéaire de la dynamique des sociétés. Beaucoup de force à l’œuvre convergent pour accréditer l’idée que les évolutions en cours n’appellent pas de remise en cause de l’organisation des sociétés. L’émergence d’une société planétaire est inévitable, mais c’est dans le désordre et la violence que ses différentes composantes se mettent en place..

Lire la suite…


Les dangers du concept militaro-répressif

Logo IDRPS

oixante-dix-huit jours de guerre dans les Balkans pour tenter d’aboutir à un résultat qui aurait sans doute pu être obtenu dès les conversations de Rambouillet, était-ce nécessaire ?


Un entretien avec Maurice Bertrand réalisé par Michel Muller




Lire la suite…


L’organisation des Nations-Unies: Droit et Pouvoir

IHEDNT

ranscription d’une intervention de Maurice Bertrand lors des Journées d’étude de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN) et du Secrétariat Général de la Défense Nationale qui ont eu lieu le 26 septembre 1997 (SGDN devenu depuis le SGDSN).




Lire la suite…


Vers une stratégie de prévention des conflits

Politique EtrangèreL

‘idée de prévention, aujourd’hui à la mode, se traduit pour l’essentiel par les efforts de « diplomatie préventive » déployés, ici ou là, par quelques chefs d’État cherchant à apparaître comme des « faiseurs de paix », et par des diplomates confiants dans leurs dons charismatiques, et travaillant pour l’ONU, l’OSCE, l’ASEAN ou l’OUA ou quelque autre organisation régionale.
Le destin des concepts est toutefois d’évoluer ; ils se chargent souvent de sens que leurs premiers utilisateurs n’avaient pas prévus. Celui de prévention des conflits, aujourd’hui garant de l’ordre établi, est aussi porteur de potentialités révolutionnaires. En fait, il n’y a pas un seul, mais deux concepts très différents de la prévention. Et la question est aujourd’hui de savoir lequel apporte une réponse au principal problème contemporain de sécurité : celui du développement des conflits intra-étatiques.

Lire la suite…


I movimenti popolari e le ONG per la riforma dell’ONU

Il FuturoI

n questo Convegno è stato enunciato chiaramente e apertamente il problema della politicizzazione dell’azione delle ONG. Si è parlato della necessità di fare azione politica, addirittura azione politica sulle strade e nelle piazze.

È stato detto che la società nella quale viviamo è inaccettabile e rischia di diventare sempre più inaccettabile, perché le tendenze contenute nell’ideologia dominante vanno nel senso del peggioramento della situazione. Vedendo ciò che avviene nelle baraccopoli di certe grandi città del Terzo Mondo o nelle masse povere delle grandi regioni rurali del sud del pianeta si può legittimamente pensare che la situazione diverrà sempre più intollerabile per loro e inaccettabile per noi. Ed ecco allora affiorare la domanda nella mente di quanti vogliono agire per cambiare il mondo: che cosa fare?

Lire la suite…


Construire la Paix

Monde DiplomatiqueI

l s’agit désormais d’intégrer progressivement le morcellement anachronique des centres de décision politique en une fédération démocratique à l’échelle planétaire et rendre plausible la vision de la construction de la paix et de la démocratisation au niveau mondial.

Le problème de la construction de la paix et celui de la démocratie à l’échelle mondiale ne passionnent guère aujourd’hui l’opinion. En dépit des frustrations provoquées par les échecs répétés des « Casques bleus » et par les humiliations qu’ils subissent, la sécurité des pays riches n’est pas perçue comme menacée. Le maintien d’appareils militaires puissants et sophistiqués, même s’ils sont en fait inutilisables, et s’il n’existe aucun ennemi potentiel connu, permet de laisser croire que les nombreuses guerres civiles ne s’étendront pas en dehors du tiers-monde.

Lire la suite…


Les chemins de la Paix

UnescoI

l existe deux théories opposées sur le destin de l’Organisation des Nations Unies ou ONU.

La plus généralement acceptée prétend que l’architecture des organisations internationales ne peut être transformée qu’après la fin d’une guerre mondiale, comme l’expérience historique l’aurait démontré, la Société des Nations, ou SDN, ayant été créée en 1919 et l’ONU en 1945. Cette thèse repose sur la constatation qu’il est extrêmement difficile, sinon impossible, d’obtenir un consensus de la « communauté internationale » pour modifier le cadre juridique qui régit les rapports entre États. Seule une émotion universelle du type de celle que provoque la fin d’une guerre, ou plutôt la victoire d’une coalition au niveau mondial pourrait donc créer les conditions d’un tel consensus.

Lire la suite…


Prévention des guerres civiles et pédagogie des crises

Défis SudI

l est entendu qu’il vaudrait mieux prévenir les catastrophes que de se contenter de venir trop tard et sans grande efficacité au secours de leurs victimes. Il serait même « plus rentable » de le faire comme le déclarait à Défis-Sud en février dernier, Mme Emma Bonnirio, commissaire européen en charge des problèmes humanitaires. L’idée de prévention revient ainsi souvent dans le discours politique, comme pour tenter de désamorcer l’accusation selon laquelle l’aide humanitaire publique offre un alibi aux gouvernements pour éviter d’agir autrement. Tout se passe comme si l’idée de mettre en œuvre des politiques capables d’empêcher les guerres civiles, les génocides, les flots massifs de réfugiés, les famines, les violations systématiques des droits de l’homme, et même les répressions sauvages de mouvements d’indépendance était prise au sérieux.

Lire la suite…


La construction progressive de la paix, les droits de l’homme et les médias

CIFEDHOPI

l y a une relation très directe entre la notion de guerre ou de paix et celle des droits de l’homme. La guerre est fondée sur l’image de l’ennemi. L’ennemi n’est pas considéré comme quelqu’un que l’on doive respecter. Au contraire, il faut le détruire. Cette contradiction fondamentale entre la notion de l’ennemi et celle de droits de l’homme doit être présente à l’esprit lorsque l’on examine les aspects idéologiques de présentation par les médias des questions de sécurité.
Comme nous le savons, la guerre autorise tout. Elle permet la ruse, la torture, la destruction des populations civiles. Elle autorise les exactions les plus extraordinaires et, en fait, elle les pratique. Tous les décors d’humanisation de la guerre qui ont été montés — telles les conventions de Genève et autres dispositions — n’ont pratiquement rien donné. Des exemples récents de guerres intra-étatiques sous nos yeux — en ex-Yougoslavie, au Rwanda ou ailleurs — démontrent bien que l’humanisation de la guerre est malheureusement une plaisanterie. En dépit de toutes les bonnes volontés, de tous les efforts et de tout le travail qui a été consenti en ce sens, les guerres demeurent incompatibles avec le respect des droits de l’homme.

Lire la suite…


The confusion between peacemaking and peacekeeping

New Dimension of peacekeepingT

his work brings together the papers presented at a conference on New Dimensions of Peacekeeping which was convened at the Graduate Institute of International Studies in Geneva in March 1994. The papers address the new role of peacekeeping (including peacekeeping and peace enforcement) which now emerges – and also places an emphasis upon the role of the « new comers » in peacekeeping, specifically Japan and Germany. The collection of papers, by many distinguished scholars in the field, actively discuss both the strengths and weaknesses of the United Nations peacekeeping efforts in meeting the increasing demands placed upon it due to the enormous upsurge in ethnic, religious and other local conflicts.
Cet article est une contribution de Maurice Bertrand à cette conférence

Lire la suite…