A new North / South Dialogue ?

Politique EtrangèreT

he 1986 Session of the General Assembly of the United Nations concluded with the adoption of a resolution on the « reform » of the Organization with which the American Ambassador to the United Nations, General Vernon Walters, declared himself satisfied. It had given him « an effective argument » with which to convince the Congress of the United States to « soften its position ». As the financial crisis of the United Nations was due essentially to amendments adopted by the Congress which had had the effect of reducing by more than one half the American contribution to the budget of the Organization, one might have thought that the crisis was at an end.

Lire la suite…


Paiement des arriérés, ouverture en direction du FMI


Le renversement des positions soviétiques aux Nations unies

Le Monde DiplomatiqueL

ontemps méfiante à l’égard de l’Organisation des Nations unies, l’URSS semble avoir changé d’attitude depuis la fin 1987. Les thèses de M. Gorbatchev sur l' »interrelation » des Etats dans le monde contemporain ont conduit les autorités soviétiques à considérer de plus en plus l’ONU comme un « mécanisme » dont le rôle serait précisément de garantir un certain « équilibre entre des intérêts différents contradictoires ». Le cadre de l’ONU pourrait de surcroît, selon Moscou, permettre la mise sur pied d’ « un système complet de sécurité internationale (…) tendant à la complète élimination des armements nucléaires ».

Lire la suite…


The role of the United Nations in the economic and social fields

Journal of Development Planning

T

he United Nations is facing a paradoxical situation. On the one hand, everyone acknowledges that we are living in an ever-more interdependent world–and that we need a suitable political framework to manage this interdependence. On the other hand, because the only universal political organization we have is unable to deal usefully with the world’s main economic and social problems, a sense of failure prevails. This paradox is not easy to explain, and, indeed, a number of different and often partial explanations are proposed. In the main, however, such explanations focus on the U.N. itself, emphasizing either its internal deficiencies ~ the « lack of political will » of governments and the so-called « crisis of
multilateralism, » without trying to establish a relation between the present conception and structure of the world organization and the unwillingness of many member states to use it.

Maurice Bertrand
Full version of this study can be downloaded following download link
Le texte complet de cette étude est disponible en le téléchargeant ci-dessous

Difficultés financières et réforme des Nations Unies


Un nouveau dialogue Nord-Sud ?

Le Monde DiplomatiqueL

es critiques acerbes du gouvernement américain à l’encontre des Nations unies, et quelques initiatives spectaculaires de sa part, ont donné une nouvelle urgence à la réforme de l’organisation mondiale. La grande question est de savoir si les principaux pays occidentaux peuvent recouvrer le contrôle de l’ONU sans remettre en cause les principes d’égalité entre États et de souveraineté nationale inscrits dans la charte. En attendant, on voit se mettre en place d’autres modalités de concertation internationale, où la réalité des rapports de forces entre pays riches et pays pauvres s’impose plus crûment. Une sorte de système concurrent, qui serait la pierre tombale du dialogue Nord-Sud ?

Lire la suite…


United Nations Management and Decision – Making Project

ONU

T

he U.N. Management and Decision-Making Project, a two-year research program of the United Nations Association of the USA (UNA-USA), is dedicated to strengthening the effectiveness of the United Nations and its immediate affiliated organs by offering constructive criticism regarding the management,governance, and role of the world organization. Financed by a grant from the Ford Foundation, the project reflects an effort to identify ways of making the United Nations work better in an era of increasing interdependence and of growing demands on the world body.
The project consists of two parts. Its centerpiece is a high-level, 23-member international panel that unites individuals with senior political experience and those with outstanding managerial skills. This panel will publish a final report in the summer of 1987 that sets out a rationale, priorities, and feasible agenda for the United Nations for the remainder of the century and proposes the type of changes in structure, procedures, and management that are necessary to carry out such an agenda. A preliminary report entitled U.N. Leadership: The Roles of the Secretary-General and the Member States was released in early December 1986.
Second, in addition to the meetings and reports of the Panel the project staff will produce several research papers over the course of 1986 and 1987. These papers will provide a background for the deliberations of the Panel and will serve as a source of information and analysis for the wider policy-making public in the United States and other countries. As with all of the staff papers that will appear over the next several months, this study reflects the view of its author. It was reviewed by the panellists before publication, but does not necessarily represent the views of the Panel as a whole or the position of any individual member.

Maurice Bertrand
Full version of this study can be downloaded following download link
Le texte complet de cette étude est disponible en le téléchargeant ci-dessous

La dimension mondiale

Le DébatL

es lieux communs sur l’« interdépendance » – qui ont commencé à envahir le discours politique lors du premier choc pétrolier – continuent de fleurir. Mais alors qu’il y a encore deux ans, le propos était de rejeter la responsabilité des difficultés économiques sur des phénomènes non contrôlables au niveau des gouvernements – montée du dollar, contagion du chômage et de l’inflation –, le ton a aujourd’hui changé. On parle plus volontiers de « solidarité face au terrorisme international » et l’on se met en mesure de contrôler les fluctuations des changes.

Lire la suite…


Le « gonflement de la bureaucratie » dans le système des Nations Unies

Colloque 1986Q

ue les aspects « bureaucratiques » des organisations du système des Nations Unies retiennent aujourd’hui l’attention, au point que l’on puisse en faire un sujet d’étude pour un colloque universitaire, est avant tout un phénomène politique. Si l’on examine, du point de vue sémantique, le libellé du sujet que m’ont proposé de traiter les organisateurs de ce colloque, « Le gonflement de la bureaucratie dans le système des Nations Unies », on y trouve en effet toute une analyse qu’il serait difficile de ne pas qualifier de politique.

Lire la suite…


Planification, Programmation, Budgétisation et Évaluation à l’ONU

ONU

L

es programmes et les budgets des Nations Unies sont aujourd’hui un sujet de controverse. Le Gouvernement des Etats-Unis et les autres « gros contributeurs » prétendent que le niveau du budget de l’O.N.U. est trop élevé et qu’il finance trop d’activités périmées ou d’une utilité marginale, alors que les pays en développement pensent que c’est au contraire le manque de ressources qui empêche les programmes d’atteindre leur seuil d’efficacité. Cette controverse n’est pas nouvelle. Elle a occupé les débats de l’Assemblée générale depuis l’origine de l’O.N.U., et particulièrement depuis les années 60. Il est moins connu, en revanche, que des efforts importants ont été faits par les Etats membres pour résoudre ces différences de vue, pour développer des procédures et des mécanismes facilitant l’établissement des priorités, pour définir des objectifs raisonnables et précis, pour contrôler l’exécution des programmes, pour évaluer les résultats obtenus et pour tirer des leçons de ces évaluations. Malheureusement, cette approche moderne et sophistiquée n’a pas fonctionné. Elle n’a pas réussi à faciliter l’établissement d’un accord sur le contenu et le niveau du budget. La crise financière actuelle est la preuve de cet échec. On peut dont être tenté de conclure que cette entreprise était vaine. Ce serait là une conclusion hâtive. En fait une analyse approfondie des raisons pour lesquelles ce système de planification, programmation, budgétisation et évaluation a été établi ainsi que les conditions de son élaboration révèle :
— que quelques-unes de ses dispositions essentielles n’ont jamais été mises en oeuvre,
— qu’il comporte encore des lacunes importantes,
— et qu’il exigerait pour fonctionner correctement une modification des idées
reçues sur le rôle de l’O.N.U.

Maurice Bertrand
Le texte complet de cette étude est disponible en le téléchargeant ci-dessous

Universality

Nations UniesC

ontribution de Maurice Bertrand au symposium organisé par les Nations Unies lors de la commémoration du 40éme anniversaire de l’Organisation des Nations Unies (Genève, 16 – 17 décembre 1985).


Report of a symposium organized by the United Nations in connection with the commemoration of the fortieth anniversary of the Organization (Geneva, 16 – 17 December 1985)

Lire la suite…


Commentaire de l’article 58

La Charte de l'ONUE

n 1985, sous la direction de Jean-Pierre Cot et Alain Pellet, 129 juristes – parmi lesquels 3 anciens Présidents, le Vice-Président et 2 juges à la Cour internationale de Justice, plusieurs ministres ou anciens ministres, de nombreux fonctionnaires internationaux ou diplomates familiers des Nations unies, des membres de la Commission du Droit international et une pléiade d’universitaires et de chercheurs – venant de 24 pays, mais tous francophones et se réclamant de la tradition juridique latine, ont uni leurs efforts pour faire le point des connaissances actuelles sur les Nations Unies. Maurice Bertrand commente l’article 58.

Lire la suite…